Naturopathie, réflexologie
et accompagnement périnatal

Devenez acteur de votre santé

En se penchant sur notre histoire, nous pouvons comprendre d'où proviennent certaines de nos croyances, comment a été façonnée notre culture et quels sont les fondements de ce que nous tenons pour acquis.

La mise sous tutelle des femmes ne date pas d'hier. L'accumulation de richesses liée à la sédentarisation (qu'on observe il y a environ 5000 ans) poussa les individus à protéger leur patrimoine par des alliances et donc par un contrôle de la descendance et de la sexualité des femmes.

Même si cela reste un fait minoritaire, la délégation des soins apportés aux nouveaux-nés semble assez ancienne en ce qui concerne les classes dominantes.

Bien plus tard à la fin du Moyen-Âge, les nouvelles bourgeoises désiraient imiter les nobles. L'un des moyens consistait à prendre une nourrice ou à envoyer son bébé à la campagne, pratique qui plus tard fut adoptée par les ouvrières et les domestiques causant une importante mortalité infantile (absence de lait maternel et déficit nutritionnel, usage de biberons non stérilisés... ).

Mais c'est surtout un autre phénomène qui va modeler la conception du maternage et de la puériculture que notre société observe aujourd'hui.

Du Moyen-Âge au XXème siècle, l'abandon est un moyen très répandu pour limiter la taille des familles ou se débarrasser d'un enfant non désiré.

L'Eglise exerce alors une double action paradoxale : d'un côté elle veut avoir la main mise sur le statut des femmes en leur interdisant toute forme de contraception les condamnant ainsi à de multiples grossesse, de l'autre elle défend avec ardeur la valeur de chaque vie et ouvre progressivement des orphelinats pour recueillir les bébés abandonnés.

"Faute d’hygiène et de lait maternel, 90 % des enfants mourraient au cours de leur première année. Petit à petit, et notamment avec la Révolution française, le personnel s’est laïcisé. Des médecins se sont intéressés au sort de ces enfants ; une manière de les soigner s’est élaborée, théorisée, enseignée.

Notre puériculture est ainsi née, élaborée non pas dans les familles, en observant des bébés proches de leurs parents, mais dans des collectivités avec soins en série et substituts du lait maternel. " (source : article d'Ingrid Bayot mentionné plus bas).

Cette puériculture est celle qui est encore enseignée aujourd'hui et qu'on classe communément sous l'étiquette "maternage distal" : séparation mère/enfant précoce, désir d'autonomisation et d'indépendance du bébé dès le plus jeune âge (car oui, il fallait qu'il survive sans sa mère), biberon au détriment de l'allaitement (car oui, la pasteurisation et l'introduction des biberons ont réduit drastiquement la mortalité infantile dans ces orphelinats), nourrissage à heures fixes, gestes et protocoles de soins froids et rigides...
Dans ces orphelinats, c'était aussi le bébé qui hurlait le plus fort dont on s'occupait et qui donc survivait : on comprend d'où vient la croyance à la peau dure qu'un bébé ne s'exprime qu'en pleurant et qu'il est bon de le laisser "faire ses poumons".

Il nous appartient de questionner cet héritage, de nous demander s'il a sa place en 2021 et si nos bébés bénéficient toujours réellement de cette puériculture qui fut une avancée à un moment donné de l'histoire.

Si ce billet a éveillé votre curiosité, je vous laisse lire l'excellent article d'Ingrid Bayot dont j'ai relaté le contenu ici, intitulé "Cultures, puéricultures, implications maternelles et allaitement" : ancien.santeestrie.qc.ca/sante_publique/promotion_prevention/perinatalite_petite_enfance/document... et traitant de différents sujets tous plus intéressants les uns que les autres tels que l'origine des maternités et le public pour lequel elles furent destinées à leur création, les attentes envers les mères, le féminisme carriériste de première génération et bien d'autres encore.
Ingrid Bayot est sage-femme, formatrice en périnatalité et en allaitement et auteure, notamment de l'excellent ouvrage "Le quatrième trimestre de grossesse".
... Voir plusRéduire

Cercle de femmes nantaises mardi 26 janvier à 10h30 ✨** LES CAUSERIES DES DOULAS NANTAISES **

Chère femmes NANTAISES vous faites quoi mardi matin prochain ?

Jeunes et moins jeunes, mères, mamans, grand-mères, pas mamans, pas grand-mères, par choix et par non choix, tout simplement femmes NANTAISES, ce cercle est pour vous.

Un temps pour vous !

Nous vous attendons mardi 26 janvier de 10h30 à 12h.
Callées, avec votre tasse de thé ou de tisane dans votre endroit cocooning préféré où vous serez libre de paroles et 100 pour cent disponible pour libérer vos mots et laisser parler vos émotions.

Sur inscription en envoyant un mail à lesdoulasnantaises@gmail.com

Paiement avant le cercle de 12 euros par PayPal, un lien pour la visio vous sera alors envoyé.

Afin que vous puissiez librement vous confier sans peur du jugement et que vous soyez écoutées, nous (Julie et Laetitia) serons garantes d'un cadre bienveillant et sécurisant et limitons le nombre de participantes à 8 personnes.

Nous avons hâte de vous retrouver.
#lesdoulasnantaises #cercledefemmes #cercledefemmesnantes
#doulasdefrance #doulasnantes #doulasmetropolenantaise
... Voir plusRéduire

LA PHYSIOLOGIE NE S'ARRETE PAS A LA NAISSANCE

Dans le milieu au sein duquel j'évolue, celui des doulas et de la maternité éclairée, j'entends beaucoup parler de la physiologie de la naissance : comment enfanter de manière naturelle et physiologique, sans déclenchement, sans péridurale, sans interférence aucune et ce même à un niveau plus subtil (lumières, sons, paroles, pensées parasites des personnes présentes... ).

Ce qui me surprend c'est qu'il semble que le respect de la physiologie s'arrête à la naissance. Mais comment espérer mettre toutes les chances de son côté pour avoir un accouchement physiologique et par définition non perturbé si la grossesse ne l'a pas été ? Si l'état de santé de la femme et du couple avant la conception n'était pas idéal ?
Tous les scénarios existent (là est la magie du Vivant) et fort heureusement des femmes ayant vécu des grossesses médicalisées auront le bonheur de vivre un enfantement physiologique, ce n'est pas mon propos. Je me demande simplement pourquoi il est relativement acquis dans l'ensemble de remettre en cause l'hypermédicalisation des naissances* mais pas l'hypermédicalisation en général. Questionner avec vigueur le paradigme médical lors de l'enfantement mais s'y conformer pour le reste.

Lorsque l'on s'intéresse à la physiologie, à la manière qu'a l'organisme de fonctionner de manière optimale et harmonieuse, on remonte la chaîne des événements jusqu'à mettre le doigt sur le problème initial engendrant le(s) déséquilibre(s) actuel(s). C'est l'essence même de la naturopathie, remonter jusqu'à trouver la cause et rétablir la physiologie. Cette démarche s'applique à absolument tout. Dans le monde des naissances, par exemple : une femme, J., a eu une césarienne d'urgence parce que son bébé était en souffrance foetale -> parce qu'elle a reçu une trop grosse dose d'ocytocine de synthèse générant des contractions trop violentes -> parce qu'elle a pris la péridurale qui a considérablement ralenti le travail jusqu'à le faire stagner -> parce qu'elle a été déclenchée et que les contractions étaient insupportables -> parce qu'elle s'est rendue à la maternité alors que le "travail actif" n'avait pas encore commencé etc.
Mais cette chaîne d'événements peut trouver son origine bien en amont encore : elle s'est rendue à la maternité bien trop tôt parce qu'elle manquait d'informations et d'accompagnement et qu'elle a passé une grossesse dans la peur : on lui a dit que son bébé était trop gros, on a eu un doute sur un malformation puis finalement non, elle faisait du diabète gestationnel, elle a eu une radio du bassin et on lui a dit que son bébé ne passerait jamais, "vous n'avez plus assez de liquide amniotique madame", "il faut déclencher madame"...
Si certains de ces diagnostics peuvent être vrais, il peut aussi y avoir des erreurs, mais ce n'est pas l'objet de ce billet.
Partons du principe que J. faisait véritablement du diabète gestationnel : l'alimentation et l'hygiène de vie qu'elle avait avant de tomber enceinte a été le terreau de ce diabète. Il est physiologique de développer une résistance à l'insuline enceinte mais pas de faire du diabète gestationnel et l'apparition de cette pathologie n'est pas due au hasard. Je ne cherche pas à faire culpabiliser une femme qui vit déjà une grossesse difficile rythmée de privations et de frustrations et qui doit en plus éliminer le sucre voire prendre un traitement ! Mais il n'y a pas de physiologie s'il n'y a pas de responsabilisation vis à vis de sa santé, s'il n'y a pas de démarche de ré-information.

Tout le monde est d'accord pour dire que l'industrie agro-alimentaire ne veut pas forcément notre bien ni notre santé mais plutôt générer un profit toujours plus grand ; tout le monde est d'accord pour dire que ce qui motive les personnes qui nous dirigent n'est pas forcément l'interêt général mais plutôt leurs intérêts financiers ; de plus en plus de personnes s'intéressent au zéro déchet, aux alternatives saines et naturelles, essaient de consommer de manière éthique et responsable et donc remettent en question la société consumériste dans laquelle nous vivons. Nous allons chercher l'information ailleurs, notamment grâce à Internet, où il est possible d'avoir accès à des discours différents. Le domaine de la santé doit aussi pouvoir être soumis à cette remise en question. L'industrie pharmaceutique est bien évidemment également motivée par l'appât du gain. Il est essentiel que chacun.e se ré-approprie sa propre santé en comprenant le fonctionnement du corps humain.
La médecine occidentale est une chance, une bénédiction à bien des égards notamment pour soulager la douleur ou faire disparaître un symptôme. Mais elle a mis de côté la physiologie. On ne retrouve pas la santé quand on essaie de taire un symptôme. On empêche le corps de s'exprimer et le déséquilibre interne à l'origine de ce symptôme est toujours présent. La situation va se dégrader de manière silencieuse et à court ou moyen terme, une autre manifestation apparaîtra, cette fois-ci un peu plus grave que la fois précédente et ainsi de suite. Jusqu'à déclencher une pathologie grave qui nécessitera une pléiade de traitements.

S'intéresser à la physiologie c'est être humble face au Vivant. C'est avoir conscience que chaque fois que l'on intervient sur son corps (alimentation bio et vivante ou transformée, médicaments allopathiques ou phytothérapie... ), on impacte de manière plus ou moins bénéfique, plus ou moins néfaste l'équilibre si subtil et encore bien mystérieux - même pour la médecine moderne - de notre organisme.

J'aime comparer le fait de prendre soin de soi en recherchant la physiologie avec cette pyramide de coupes de champagne que l'on peut voir dans certains mariages à la télé : en remplissant la première coupe tout en haut de la pyramide, chacune des coupes se remplit ensuite. C'est l'indifférenciation, le non-spécifique. Tandis qu'en choisissant de remplir une coupe sur le côté avec une molécule synthétique, spécifique, on différencie, on crée un déséquilibre : un débordement apparaîtra alors à un endroit et des coupes seront vides à d'autres.

Si l'on désire mettre au monde son enfant de manière physiologique, il est nécessaire de remonter la chaîne et d'amener de la physiologie pendant la grossesse, avant la conception et au quotidien dans sa vie et dans celle de son/sa partenaire.

*Je ne remets aucunement en question le fait que la médecine moderne sauve des vies, sauve des bébés, sauve des mères et c'est tout simplement merveilleux que les maternités, hôpitaux et les soignants qui y travaillent sans relâche existent pour ce pourcentage de naissances avec complications. Seulement dans la très grande majorité des cas aucune intervention n'est nécessaire lors d'un accouchement pour qu'il se déroule bien (ma définition de "bien" étant "de manière physiologique" mais une autre femme pourra trouver que son accouchement hypermédicalisé s'est "bien" déroulé et je ne suis pas là pour remettre en cause son ressenti, je partage seulement le mien).
... Voir plusRéduire

Pour les fêtes pensez aux bons cadeaux des doulas nantaises ❤Ils sont là, ils sont beaux, ils sont bons les bons cadeaux !

Vous avez envie de chouchouter votre fille, votre tante, votre sœur, votre mère, votre compagne, votre amie ?

* UN SOIN A 4 MAINS*
Nous proposons cela aux femmes dans leurs différents passages de vie qui transforme leur corps et touche leur émotionnel. (1ere menstrue, 1ère fois, pma, ivg, img, grossesse, deuil, séparation, ménopause, ...)
Ce soin n'est pas exclusivement réservé aux femmes qui viennent d'accoucher, mais à celles qui ont besoin que nous prenions soin d'elles.

Un temps pour soi, un temps pour elle.s

Certaines l'appellent soin rebozo, nous l'appelons soin à 4 mains. Simplement car "rebozo" veut communément dire "châle" en espagnol.
Nous venons à votre domicile pour réaliser ce soin en fonction de vos disponibilités, il faut compter entre 1h30 et 3h.
Il existe plusieurs formules de 150 à 350 euros.

*RENDEZ-VOUS OU FORFAIT D'ACCOMPAGNEMENT*
Nous proposons cela aux femmes et à leur entourage en pré et post natal

60 euros* pour un rendez-vous à l'unité
270 euros* pour un forfait 5 rendez-vous
540 euros* pour un forfait 10 rendez-vous
200 euros pour l'organisation d'un blessingway (célébration de la femme enceinte)
* en CESU

Nous contacter en message privé ou en nous envoyant un mail lesdoulasnantaises@gmail.com

Au plaisir de prendre soin de vous, les doulas NANTAISES
... Voir plusRéduire

De la danse prénatale pour les femmes enceintes nantaises avec Anne-Karine 😍 ... Voir plusRéduire

Au sujet de la réforme sur l'IEF (Instruction En Famille) :
Être et devenir, documentaire à regarder gratuitement pendant 48hÊtre et Devenir : cadeau !

Le film est GRATUIT PENDANT 48H, voici le message qui l'accompagne :

"Le fameux documentaire de Clara Bellar sur l'Instruction en famille, la non scolarisation et les apprentissages autonomes...
Grace à cette œuvre beaucoup ont sauté le pas l'année dernière puis pendant le confinement (beaucoup = moins de 0,4% de la population pas d'affolement sur la non scolarisation massive redoutée par Macron Ier, note rajoutée par Mellune)

A (re)découvrir GRATUITEMENT et à partager pendant 48h (du 4 au 6).
Un film bouleversant qui nous montre encore une fois le reflet d'enfants libres et épanouis, rien à voir avec les stigmatisations pour lesquelles tout cela est en danger.

C'est pour ces sourires que nous nous battons aujourd'hui ❤️

Je compte sur vous pour partager en masse, aux influenceurs à vos familles sur vos murs Facebook vos réseaux sociaux

vimeo.com/r/2Tyi/aGJxRkI3eE

Merci beaucoup à la réalisatrice pour ce geste ❤️ "

#etreetdevenir
#librechoix
#instructionobligatoireeducationnationalenon
... Voir plusRéduire

Et si on changeait d'angle ?
Illustrations de Fanny Vellafr.ulule.com/changement-dangle/
... Voir plusRéduire

Les portes ouvertes de la Maison de l'Eveil auront lieu le dimanche 13 septembre 2020 ! Nous vous attendons nombreux ☀️ ... Voir plusRéduire

*Appel aux volontaires*

A l’image des restaurateurs qui ont soutenu le corps médical avec de nombreux repas pendant le confinement, les doulas NANTAISES, en collaboration avec les doulas de 40jours40nuits vous proposons de créer une communauté de soutien aux femmes qui viennent d’accoucher et démarrent leur période postnatale.

Cette période, que l’on appelle également le 4e trimestre, le postpartum, le mois d'or, est un temps de repos indispensable pour la mère. Après ce voyage intense jusqu’à la naissance ou son corps a traversé et traverse encore de puissants bouleversements, la nouvelle mère a besoin de récupérer et de reprendre des forces.

Cette communauté aura pour objectif de cuisiner et d’apporter des plats soutenants aux mamans qu’accompagnent les doulas NANTAISES sur Nantes et ses environs !

Parce que vous avez traversé cette période et auriez aimé pouvoir vous appuyer sur un réseau comme celui-ci (ou en avez profité), parce que vous souhaitez l'offrir avant de le recevoir pour une prochaine naissance, parce que vous avez envie de chouchouter les femmes qui viennent d’accoucher, parce que vous aimez cuisiner... les motivations pour rejoindre notre communauté sont nombreuses !

Rejoignez notre belle et souteNANTES communauté de cuisinier.e.s ou relayez auprès de vos ami.e.s et familles qui pourraient avoir l'envie !

Pour nous rejoindre, nous vous invitons à nous écrire à l’adresse suivante :
cuisinesoutenantes@gmail.com

Avec toute notre gratitude
🙏
... Voir plusRéduire

Fermer le menu