Naturopathie, réflexologie
et accompagnement périnatal

Devenez acteur de votre santé

A tous les allaitement qui ont échoué par manque d'information... ou désinformation dans bien des cas.C'est l'histoire d'une nana qui ne peux plus entendre la fameuse "mieux vaut un biberon donné avec amour qu'un sein donné à contre cœur".
Cette nana là c'est le biberon qu'elle donne à contre cœur parce qu'elle n'a pas pu, pas su allaiter comme elle le souhaitait.
Parce qu'alors qu'aujourd'hui elle pourrait écrire des romans sur le sujet à l'époque elle ne savait pas tout ce qui était possible pour sauver un allaitement, tout ce qui était envisageable avant de baisser les bras.
Elle ne savait pas non plus que ça n'était pas honteux de ne pas avoir un allaitement idéal, que ça ne la rendait pas moins capable qu'une autre.
Alors même si c'est encore un peu douloureux et que le sentiment de culpabilité et d'échec mettra encore un peu de temps à s’estomper elle se console en se disant qu'au moins si l'occasion se présente à nouveau cette fois elle saura ou se tourner pour trouver de l'aide, elle saura qu'elle PEUT obtenir de l'aide. Que l'instinct parfois ne suffit pas pour déconstruire le matraquage publicitaire et social et qu'alors il existe des gens pour vous tendre la main avec de vraies informations pas celles établies sur le mur du "ton lait n'est pas assez nourrissant" et autre "veillez à bien espacer les tétées de 3h"
Alors si tu passes par là et qu'il est encore temps pour toi saches que tu peux être aidée et que rien n'est jamais perdu. Qu'il est plus courant de batailler dans cette jolie aventure lactée et que les obstacles peuvent presque tous se surmonter avec les conseils des bonnes personnes, celles qui sont formées pour ça et pas n'importe quel professionnel de la santé.
... Voir plusRéduire

Pas de permanence à la BAM demain matin, les doulas nantaises sont en vacances ! ... Voir plusRéduire

Le congé paternité en France[ Lettre d’un papa aux gens qui font les lois ]

11 jours. Week-end inclus.

Lorsque je suis retourné travailler, à l’issu de ces 11 jours, je me souviens avoir eu cette pensée : “C’est n’importe quoi.” J’attendais mon train sur le quai du RER, nous étions en décembre, il faisait un froid glacial. J’attendais au milieu d’une foule silencieuse, mains dans les poches, et j’avais l’effroyable sensation que quelqu’un se moquait de moi quelque part. Je me demandais ce que je faisais là, dans cet hiver matinal et triste, alors que ma fille d’à peine deux semaines avait besoin de moi, et que ma femme épuisée par l’accouchement avait aussi besoin de moi.

Ma famille avait besoin de moi, et pourtant je n’étais pas avec elle. J’étais entouré d’inconnus, pour lesquels je n’étais d’aucune utilité, d’aucun secours. Un sentiment de culpabilité m’étreignait le ventre, me donnait la nausée. Je n’y étais pour rien, mais je me dégoûtais, me dégoûtais d’avoir abandonné mon minuscule bébé et sa maman, que j’avais quittés endormis après une nuit courte et agitée. J’ai hésité plusieurs fois. À faire demi-tour, envoyer chier mon entreprise, le système. Mais, malheureusement, j’ai besoin du système pour vivre. D’autant plus que nous sommes trois maintenant. Plus difficile de dire : « Fuck ! »

11 jours. Savez-vous Mesdames et Messieurs les Ministres qui font les lois, à quoi ressemblent un bébé et une maman, 11 jours après l’accouchement ? Peut-être l’avez-vous vécu vous-mêmes, et vous reste-t-il quelques bribes de souvenirs. Ce sont deux pétales de rose : un rien les illumine, les émeut, les bouleverse, mais un rien également peut les déchirer. Le rôle du papa est de faire en sorte que ce déchirement n’arrive pas. C’est un jardinier attentif et délicat. À longueur d’interviews, de plateaux télévisés, de communiqués de presse, vous nous parlez d’égalité homme-femme, de parité et de plafond de verre à briser. Pour un papa qui reprend le travail au bout de 11 jours, et pour une maman laissée seule au bout de 11 jours, ces mots sonnent creux.

Il n’y aura jamais, absolument jamais d’égalité homme-femme, tant que vous ne changerez pas radicalement la durée du congé paternité. Tant que vous ferez peser la responsabilité des premières semaines du bébé sur les seules épaules de la maman, fragilisée émotionnellement et physiquement. Tant que vous condamnerez le père à n’être qu’un assistant à temps partiel, héritage archaïque et honteux des vieux modèles patriarcaux.

Le papa d’aujourd’hui veut s’impliquer. Être présent pour changer les couches, donner le biberon ou aider pour l’allaitement, faire le ménage et la vaisselle pendant que maman se repose. Le papa d’aujourd’hui veut partager, de manière parfaitement équitable, le travail qu’impose l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille. Le papa d’aujourd’hui veut être fier de son pays, de ses lois, de son engagement pour une égalité réelle et assumée. Mesdames, Messieurs les Ministres, donnez-lui cette chance.

NB : Et s’il vous plaît, ne me parlez pas du congé parental rémunéré moins que le RSA...
... Voir plusRéduire

Gratuit. Beau. Totalement biodégradable.

Voici une idée toute simple pour réaliser vos confettis et les utiliser en rue sans inquiétude !
... Voir plusRéduire

Mardi 15 octobre, journée internationale de sensibilisation au deuil périnatal. Une doula peut vous accompagner dans cette épreuve.Aujourd'hui c'est la journée internationale du deuil périnatal.
Voici une liste (non-exhaustive) d'associations qui peuvent vous aider dans cette épreuve :

www.agapa.fr
www.naitre-et-vivre.org
spama.asso.fr/
petiteemilie.org
www.hesperanges.fr/
www.souvenange.fr/
corps-et-ames.webnode.fr/ collectif Nantais qui regroupe des praticien.nes ou non, unies par la volonté de mettre leurs expériences personnelles et/ou professionnelles au service des autres.

Nous avons une pensée douce à chacun, chacune qui est concerné.e par une grossesse qui s'est interrompue ou le décès de leur bébé durant les premiers mois de vie.
... Voir plusRéduire

🤔 Concrètement une doula ça sert à quoi ?

👉 C'est un question qui revient souvent !
Concrètement, lors d'un accompagnement à la naissance, la doula rencontre les parents à leur domicile et de fil en aiguille, de rendez-vous en rendez-vous, un lien va se tisser, une relation de confiance va se créer. Cette relation est primordiale pour une grossesse sereine tout en douceur mais surtout si la maman désire la présence de sa doula lors de son accouchement. Comment être là pour la femme qui accouche et le(la) conjoint(e) si la doula ne la(les) connaît pas intimement ? Comment la soutenir, comment faire respecter son projet de naissance, comment porter l'espace et être là à 100% pour elle si la doula n'a pas connaissance des désirs profonds et des angoisses de la maman, du couple ? L'expression "porter l'espace" peut sembler abstraite mais c'est sûrement le cadeau le plus merveilleux qu'une femme qui accouche peut recevoir de la part de sa doula. La femme qui enfante se trouve dans un état modifié de conscience : il s'agit d'une altération du fonctionnement habituel du cerveau. Elle est alors capable de percevoir des choses, ce que ressentent les personnes autour d'elles même si ces dernières ne les verbalisent pas. C'est pourquoi il est essentiel qu'une personne ayant une confiance absolue en ses capacités d'enfanter son bébé et son placenta soit auprès d'elle tout au long du travail et de l'accouchement.

La doula est également une personne-ressource : elle dispose d'une formation complète et qualifiante, d'une montagne d'informations, de références et de supports en tous genres ainsi que d'un vaste réseau autour de la périnatalité qui lui permet de répondre aux questionnements de la femme et du couple ou, si besoin, de les orienter et ce quelle que soit leur demande. L'objectif est toujours de permettre aux parents de faire les choix libres et éclairés qui leur conviennent et c'est uniquement en étant informé de l'étendue des alternatives et des éventualités que cela est chose possible.

Au cours de chaque rendez-vous un thème est abordé en fonction de la demande des parents. L'idée est de balayer tous les sujets autour de la grossesse, de la naissance et du post-partum, notamment les sujets auxquels le couple ne pense pas forcément toujours (grossesse et sexualité, projet de naissance, complications, comment trouver sa place au sein de ce nouveau schéma familial, comment appréhender les premiers mois, parler de la fatigue, de l'organisation, se préparer à l'allaitement... ). La doula, en fonction de ses formations et de ses compétences personnelles, vient enrichir la préparation à la naissance déjà mise en place par la maman. On ne peut jamais "trop" se préparer à un accouchement, même s'il s'agit d'un deuxième ou d'un troisième bébé ! Elle peut aider la maman à trouver comment honorer cette vie qu'elle porte en elle, à célébrer, à ritualiser, à se reconnecter à la notion de "sacré" qui manque à beaucoup d'entre nous.

Les moments passés avec sa doula sont des moments pour soi, à soi, au cours desquels il est possible de venir déposer tout ce que l'on désire : ses peurs, ses blessures, ses espoirs... tout en étant écouté(e), accueilli(e) et accepté(e) dans le respect et la bienveillance. C'est une bulle de sécurité et de douceur qui n'est pas du luxe dans le climat surmédicalisé et anxiogène propre au suivi de grossesse classique où la réelle écoute et la présence thérapeutique font cruellement défaut.

La doula peut aussi aider la maman à soulager les maux de grossesse et de la même manière être active durant l'accouchement selon la demande du couple (ou elle peut montrer toutes ces choses au partenaire) grâce à des massages, des points de pression, en soulevant le ventre avec un tissu, en proposant le ballon, en apportant des linges froids pour calmer l'inflammation, en proposant une douche, en offrant à boire ou à manger, en rappelant à la maman de profiter de ses pauses entre chaque contraction, en l'aidant à identifier l'étape du "vortex de la naissance" dans laquelle elle se trouve (merci Karine la sage-femme 🙏) pour lui permettre de constater son cheminement et d'appréhender ce qui s'en vient, en lui rappelant qu'elle porte en elle tout ce dont elle a besoin pour accoucher... La présence d'une doula peut permettre d'éviter la péridurale lorsque la maman se trouve au "sommet", prête à donner vie, et qu'elle doit faire le grand saut, plonger dans le vide, dans l'inconnu et aller chercher son bébé pour revenir changée à jamais.

Et je ne dresse ici qu'une liste non-exhaustive de ce que peut apporter une doula car il reste encore tant de domaines et pas des moindres (retour à la maison, mise en place de l'allaitement, isolement, baby-blues... ).

Concrètement, la doula est une précieuse alliée pour ce moment clef de votre vie, n'en doutez ✨

Illustration : Cameron Light
... Voir plusRéduire

C'était hier à la BAM à Chantenay ! Ouverture de notre nouveau lieu ressource pour y accueillir les mamans et leur entourage. Un super petit-déjeuner dans la joie et la bonne humeur qui présage une belle année, riche en rencontres et partages en tous genres 🌞Ce matin nous étions réunies pour notre première permanence hebdomadaire à la BAM 4 Rue du Chevalier Thiercelin sur la butte Sainte Anne
Vous n'avez pas pu venir ?
Ce n'est pas grave nous serons là tous les mardi entre 9h30 et 12h00.
... Voir plusRéduire

L'accouchement à domicile en France est sécuritaire 🙂 Et le nombre de complications durant et après l'accouchement est drastiquement diminué. Une étude attendue qui va permettre de relativiser le discours alarmiste de certains professionnels de santé 🙏L’APAAD a l'honneur de publier l'état des lieux de la pratique des Accouchements Accompagnés à Domicile (AAD).
Cette étude statistique menée sur plus de 1000 naissances à domicile accompagnées par des sages-femmes en 2018 est unique en France et rare en Europe. Les résultats en termes de sécurité et de bonne santé de la mère et de l’enfant sont excellents et équivalents aux autres pays proposant cette offre de soins.
Nous remercions toutes les sages-femmes qui se sont mobilisées et ont participé à cette enquête, ainsi que les personnes qui ont travaillé d’arrache-pied ces derniers mois pour analyser les données.
Nous espérons que ce travail important contribuera à faire reconnaître la validité de l'AAD dans l'offre périnatale française.
- Lien vers le communiqué de presse: www.apaad.fr/wp-content/uploads/2019/09/CdP-%C3%A9tat-des-lieux-2018.pdf
- Lien vers le rapport détaillé de 59 pages: www.apaad.fr/wp-content/uploads/2019/09/ETAT-des-LIEUX-AAD-FRANCE-2018.pdf
- Lien vers le dossier de presse: www.apaad.fr/wp-content/uploads/2019/09/dossier-de-presse-AAD-2018.pdf
... Voir plusRéduire

Brooke Lark ... Voir plusRéduire

Vous pouvez refuser les touchers vaginaux pendant l'accouchement et tout au long de votre grossesse.
Aucun examen n'est obligatoire.
Cela peut faire partie de votre projet de naissance élaboré avec votre sage-femme et/ou votre doula ☺Parlons toucher vaginal : Parlons de l’examen du col de l’utérus pendant la grossesse et pendant l’accouchement

Cette dernière semaine, j’ai assisté à 2 accouchements... et par 2 fois, les mamans ont été confrontées à la même situation : en plein travail actif et intense, la sage-femme annonce une ouverture du col à 4 ou 5 doigts.... S’en sont suivis les visages déçus des mamans. Me voici donc à leur rappeler ce dont nous avions parlé pendant la grossesse : ‘ton col n’est pas une boule de cristal’. Je me doute bien de ce qui leur a traversé l’esprit à ce moment là : la déception, la peur que le travail dure éternellement ou peut-être même la peur de ne pas savoir faire... et comme maintes fois auparavant lors de mes accompagnements, les 2 bébés avaient rejoint les poitrines de leurs mamans moins d’une heure après cette annonce... comme quoi.... Voici donc la raison pour laquelle je tenais à écrire ce billet.

Dans le milieu Anglosaxon de la périnatalité, on le répète souvent :
‘Your cervix is not a crystal ball!’ (-Maria Pokluda)

L’examen du col pendant la grossesse et l’accouchement consiste à aller toucher, palper le col de l’utérus de la femme afin d’en déterminer la maturité. Il permet notamment de récupérer toutes sortes d’informations passionnantes telles que :

> Le positionnement de la tête du bébé (mobile, amorcée, fixée, engagée),
> La position du col utérin (postérieure, centrale, antérieure)
> La consistance du col utérin (ferme, moyenne, molle),
> L’effacement du col utérin
> La dilatation du col utérin (de fermé jusqu’à 10cm au moment de la naissance)

Toutes ces indications peuvent même, au sein de l’équipe médicale, être combinées entre elles pour donner un score qui s’appelle le Score de Bishop.

Il y a tellement d’indicateurs et de méthodes alternatives qui peuvent donner une idée de l’avancée du travail : comportement de la maman lors des contractions, avancée du travail, intensité, sons produits par la maman, cette fameuse ‘purple line’...bref il y a de quoi faire sans être intrusif...

Un toucher vaginal n’est jamais anodin ; en voici quelques aspects qui me paraissent importants de prendre en compte lorsque l’on nous en propose un :
> L’examen en lui-même peut parfois être inconfortable voire douloureux.
> Potentiel risque de décollement des membranes non averti et donc non consenti.
> Un risque augmenté d’infection.
> Le toucher vaginal peut parfois entraîner des modifications du col.
> Et puis bon, je me demande toujours pourquoi aller faire remonter quelque chose à l’endroit même où l’on cherche à faire sortir quelque chose ? De manière très simpliste, ça peut sembler quelque peu contre-productif pendant le travail.
> Les résultats peuvent être source de déception pour certaines!

J’entends déjà des femmes dire : ‘oui mais moi lorsque l’on m’a dit que j’étais ouverte à 7, ça m’a super motivée’. Je n’en doute point, et tant mieux si ça a été le cas. Mais sachez que ce n’est pas le cas de tout le monde.

Sachez aussi que parler de chiffres nécessite de réveiller votre néo-cortex, cette partie de votre cerveau qui réfléchi, qui analyse.... Ce qui va à l’encontre du lâcher prise tant recherché pour un travail qui progresse bien, vous savez le fameux cocktail des hormones tout ça tout ça.

Alors que faire ?

Pendant la grossesse :

> Rien ne vous oblige à accepter un toucher vaginal, surtout si il n’y a aucune raison médicale qui pourrait le suggérer. J’ai vécu 3 grossesses en Grande-Bretagne et aucun toucher vaginal pendant ces 27 mois. Serait-ce culturel alors ?! Si aucune indication médicale ne suggère quelconque problème (contractions douloureuses par exemple), pourquoi donc aller déranger quelque chose qui fonctionne parfaitement bien ? L’annonce d’une ouverture d’un col à 1cm au cours du 2ème trimestre par exemple peut être très anxiogène, et pourtant chez certaines femmes c’est leur ‘norme’ et elles n’accoucheront qu’à terme.

> Ne prenez pas pour argent comptant ce que l’on peut vous annoncer à l’issu de cet examen. J’ai déjà vu des femmes s’entendre dire ‘oh toi tu vas accoucher dans les 2 jours’ et être déclenchées à 41+6sa des semaines après.
J’ai déjà vu des femmes à qui l’on suggère de se préparer pour un déclenchement car leur col est fermé à double tour.... Et rentrer en travail spontané dans les heures qui suivaient.

Pendant l’accouchement :

Normalement rien n’est obligatoire mais soyons clairs : aujourd’hui il est difficile d’échapper au moins au 1er toucher vaginal, celui qui va valider que vous êtes bien en travail à votre professionnel de santé.
Vous pouvez demander :
> à limiter le nombre et la fréquence de ces examens ;
> ou/et à ne pas connaître le résultat ;
> ou/et que le professionnel de santé reste vague avec un discours toujours positif !

... et souvenez-vous : l’examen du col permet de dire où en est votre col à l’instant T, mais ne saura aucunement vous dire quand votre bébé naîtra.

Votre col n’est pas une boule de cristal !

(Ce billet n’est partagé qu’à titre informatif. Je n’ai aucune compétence médicale. Je vous conseille de discuter de ce sujet avec le ou les professionnel(s) de santé vous accompagnant pendant votre grossesse et votre accouchement.)
... Voir plusRéduire

Parlons des solutions 🙂 ... Voir plusRéduire

Henry Be ... Voir plusRéduire

🤰👉 Petit point sur la toxoplasmose par Sylvain Balteau :

La toxoplasmose peut être dépistée par des analyses sérologiques : on fait une prise de sang, et on regarde si le corps a des défenses contre les toxoplasmes, ce qui prouve qu'il a été en contact avec le parasite (la sérologie sera dans ce cas dite positive).
Seules les femmes séronégatives doivent donc faire attention.
"Cuisez bien votre viande, à cœur. Vous aurez des petits guides partout pour vous l'expliquer. La viande ovine est la plus à risque, mais tous les animaux à sang chaud peuvent être contaminés (surtout en milieu fermier). Congelez votre viande, mais à -20°C, pas dans le petit freezer de votre réfrigérateur.
Lavez-vous les mains.
Lavez les légumes, soigneusement.
Nettoyez la litière du chat tous les jours, ou mieux faites nettoyer la litière tous les jours, et lavez-vous les mains.

J'ai plusieurs consœurs vétérinaires, exerçant depuis plus d'une dizaine d'années, qui manipulent des chats malades tous les jours, des chatons, des chats immunodéprimés, qui se font mordre, griffer, qui font des coproscopies et manipulent dont des selles, et qui sont toujours séronégatives pour la toxoplasmose.

Donc, je le dis, je le répète : on ne se débarrasse pas du chat. "« Toxoplasmose : Foutez la paix aux chats !

Clinique vétérinaire, bonjour.
- Bonjour, c'est madame Dupin, je voudrais prendre rendez-vous pour l'euthanasie du chat de ma belle-fille, madame Létang. C'est Caramel, il est soigné chez vous.
- Heu... mais qu'est-ce qui lui arrive, à Caramel ?
- Ma belle-fille est enceinte, vous comprenez ?
- Bien. C'est elle qui l'amènera ? Je la recevrai personnellement.
- Merci docteur, je viendrai aussi pour la soutenir, ce n'est pas facile pour elle.
- Parfait, nous pourrons parler ensemble de tout ça.
- Merci d'être aussi compréhensif, docteur !

- Clinique vétérinaire bonjour ?
A l'autre bout du fil, des pleurs.
- Madame ? Il y a une urgence, vous voulez m'amener votre animal tout de suite ?
- Non je veuuux pas mais la gynéco elle m'a dit qu'il fallait que je me débarrasse du chat parce que je suis négatiiiiiiive.
- Bien, alors vous allez venir, sans le chat, nous allons discuter, puis vous envisagerez de vous débarrasser de votre gynéco.

- Bonjour, j'ai chopé la toxo alors mon docteur il m'a dit que mon chat était malade, du coup je viens pour vous le montrer.
- Ah, il faudra que j'envoie une boîte de chocolats au docteur alors. Il est vraiment malade, votre chat ?
- Ben, maintenant que vous le dites... non.

Bon, vous pouvez remplacer la gynéco par une sage-femme, un généraliste ou ce que vous voulez. Même le pharmacien s'y est mis. Oh, pas tous hein, n'exagérons rien. Mais j'ai quand même une belle collection d'appels de ce style. Mes ASV me demandent régulièrement confirmation de l'inanité de l'idée de se débarrasser du chat, elles finissent par s'y perdre avec toutes ces affirmations péremptoires de médecins ou de sages-femmes qui ont mal digéré leurs cours sur la toxoplasmose.

Celui à qui je dédie ce billet est médecin. J'ai fini par l'appeler...
- Oh oui, je sais bien que le risque de transmission de la toxo par un chat à un humain est nul, mais vous comprenez, mieux vaut être prudent, ça ne coûte rien.
- Heu... si. Ça coûte un chat.
- Oui, enfin entre un chat et un bébé...

C'est l'argument imparable. On ne prend pas de risque quand la santé d'un fœtus est en jeu. Je comprends l'idée, hein, mais qu'est-ce qu'elle est conne bordel ! Parce que dans ce cas, expliquez-moi pourquoi on laisse les femmes enceintes conduire, travailler, marcher dans la rue, fréquenter des êtres humains pleins de microbes, prendre des médicaments, manger autre chose que des aliments stérilisés... Enfermons-les, pour le bien du bébé et de l'humanité ! Et ne les laissez pas aller sur Facebook, non plus, même si elles s’emmerdent à rester enfermées à la maison (demandez à Marion pourquoi).

A l'école véto, le but était d'avoir la moyenne à l'examen de parasitologie. Comme dans les autres matières. Une réponse fausse concernant la toxo était éliminatoire, direction septembre et les rattrapages.

Un toxoplasme, c'est quoi ?

Il y a plein de sites qui l'expliquent un peu partout sur la toile, mais vu que j'ai décelé des conneries en sélectionnant au pif, c'est reparti pour un tour. La page wikipedia semble bien, si vous devez choisir.

La toxoplasmose est une maladie provoquée par la présence d'un microbe de la catégorie des parasites (pas une bactérie, ni un virus, donc), appelé Toxoplasme gondii. C'est un parasite, mais ce n'est pas un ver : il est microscopique. Rien à voir avec les Toxocara que votre chaton vous a joyeusement dégobillé sur le plancher l'autre fois (si, si, vous savez, les spaghettis qui se tortillent et qui font que le vomi part en rampant).

La plupart des parasites ont une vie compliquée, qui implique de passer d'un hôte à un autre. Un hôte, c'est vous, c'est moi, et plein d'autres bestioles (mammifères, insectes, mollusques, ça dépend des parasites).

Il y a des hôtes définitifs (le parasite se multiplie sexuellement dans cet hôte, mais non, ce n'est pas sale, des vers font ça tous les jours dans votre intestin), et des hôtes intermédiaires (dans lesquels les parasites ne font que passer, en général en y gagnant un peu de maturité, il faut savoir varier les expériences quand on grandit). Pour le toxoplasme, l'hôte définitif, c'est le chat. L'hôte intermédiaire, c'est n'importe quel animal à sang chaud (nous compris).

Le chat se contamine en ingérant des proies dans lesquelles les ookystes (voir plus bas) de toxoplasmes sont enkystés : oiseaux, souris, etc.

Il se contamine pour la première fois de sa vie ? Les toxoplasmes se multiplient dans son intestin et finissent par "pondre" des "œufs" (ookystes de leur vrai nom) qui vont être éliminés avec les selles. Ces ookystes ne sont pas immédiatement contaminant (comme des œufs qui viendraient d'être pondus : si on les ouvre le poussin est plus un embryon qui s'étale au sol qu'un petit piou-piou tout mignon). Si vous mangez le caca frais du chat, vous ne pouvez pas choper la toxo. C'est valable pour les poussières de matières fécales qui se trouvent sur son pelage lorsqu'il vous colle son trou de balle dans la figure en vous faisant des câlins. Les ookystes sporulent (et deviennent contaminants) en deux à cinq jours dans un milieu favorable (la terre du potager et la litière du chat sont des milieux favorables).

L'hôte intermédiaire (un humain ou un animal) ingère des ookystes sporulés de l'environnement (attention aux légumes mal lavés, à la terre, aux litières dégueulasses). Les toxoplasmes filent dans le sang, partout dans le corps, se multiplient et forment des kystes, notamment dans les muscles. On peut aussi attraper le toxoplasme en mangeant ces kystes microscopiques qui se trouvent dans la viande des hôtes intermédiaires (ovins, bovins, porcs, humains, etc.).

Quelles sont mes chances d'être contaminée par un toxoplasme ?

La toxoplasmose est généralement dépistée par des analyses sérologiques : on fait une prise de sang, et on regarde si le corps a des défenses contre les toxoplasmes, ce qui prouve qu'il a été en contact avec le parasite. On ne cherche pas le parasite, puisqu'il est en général enkysté dans les tissus, endormi et silencieux. Une séro positive ne permet pas de dire quand on a été en contact avec le parasite (même s'il y a des méthodes pour savoir si c'est ancien ou récent).

Selon les études, 25 à 45% des chats domestiques sont séro positifs.
On estime que 1% des chats sont excréteurs à un moment donné.
Et seules les selles qui ont eu le temps de traîner dehors sont potentiellement infectieuses.
Les chats ne sont excréteurs que pendant quelques jours à quelques semaines de leur vie, le temps pour eux d'obtenir les défenses adaptées suite à une primo-contamination. Des chats atteints de maladies immunodépressives (SIDA du chat, leucose féline) peuvent être excréteurs plus longtemps. On peut leur faire des sérologies : si la sérologie du chat est positive, il a de bonnes défenses, il n'est pas excréteur. Si elle est négative, il pourrait l'être ou le devenir s'il rencontre des toxoplasmes. D'ailleurs, il y a tellement de nuances que faire ces sérologies n'a aucun sens : mieux vaut avoir de bonnes pratiques d'hygiène, sur lesquelles je reviendrai plus loin.

La toxoplasmose, ça fait quoi ?

A un adulte en bonne santé, rien dans 80% des cas. Un bon syndrome fébrile avec pas mal de fatigue pour les 20% qui restent.
A un chat, pas grand chose non plus : au pire, une gastro-entérite fébrile, j'en diagnostique de temps en temps. Les ovins avortent bien, par contre.
Et c'est ce genre de risque qui intéresse la femme enceinte et qui fait la triste célébrité de la toxoplasmose : une infection pendant la grossesse peut avoir de graves répercussions sur la gestation, allant de l'avortement à la naissance d'un enfant atteint de troubles congénitaux. Les risques et les conséquences varient selon le stade de gestation, je n'y reviens pas, c'est assez bien expliqué ici et en de nombreux autres endroits.

Mais c'est horrible, il faut que je me débarrasse de mon chat !

Non !

Au début de votre grossesse, on vous fera une sérologie pour vérifier si vous avez déjà été en contact avec le toxoplasme. Il ne faut vous inquiéter de ça que si vous êtes séronégative.

J'ai eu un jour une discussion complexe avec une jeune femme enceinte à qui on avait très mal expliqué certains termes médicaux. Son chat était mort du FIV, le SIDA du chat. Son gynéco lui avait dit qu'elle était séropositive. Pour elle, séropositive, ça voulait dire "atteinte par le SIDA". Elle avait demandé si c'était son chat qui avait pu lui donner ça, le gynéco avait répondu oui, en pensant, évidemment, à sa séro toxo. Elle ne m'avait pas cru lorsque j'avais compris, et lui avais expliqué, la confusion. Donc hop, j'en profite pour le redire ici : le SIDA du chat et le SIDA de l'homme sont deux maladies différentes, la contagion est impossible.

Vous êtes séronégative pour la toxoplasmose ?

Je cite le rapport de l'AFSSA :

Malgré les résultats hétérogènes des études portant sur le risque d’acquisition de la toxoplasmose on peut identifier les facteurs de contamination les plus importants :
- Le risque lié à la consommation de viande mal cuite ressort nettement de toutes les études. Il est essentiel qu’il soit clairement mis en avant dans toute information destinée à des femmes à risque.
- La consommation de crudités (légumes et fruits) insuffisamment nettoyées et la mauvaise hygiène des mains sont également des modes de contamination à intégrer dans un programme de prévention en insistant en particulier sur le risque des repas pris en dehors du domicile qui expose à la consommation de crudités insuffisamment lavées.
- La possession d’un chat ainsi que le nettoyage de sa litière : même si théoriquement sur le plan parasitologique le risque est faible (cf. section E), ces modes de contamination sont à prendre en compte dans un programme de prévention.

Cuisez bien votre viande, à cœur. Vous aurez des petits guides partout pour vous l'expliquer. La viande ovine est la plus à risque, mais tous les animaux à sang chaud peuvent être contaminés (surtout en milieu fermier). Congelez votre viande, mais à -20°C, pas dans le petit freezer de votre réfrigérateur.
Lavez-vous les mains.
Lavez les légumes, soigneusement.
Nettoyez la litière du chat tous les jours, ou mieux faites nettoyer la litière tous les jours, et lavez-vous les mains.

J'ai plusieurs consœurs vétérinaires, exerçant depuis plus d'une dizaine d'années, qui manipulent des chats malades tous les jours, des chatons, des chats immunodéprimés, qui se font mordre, griffer, qui font des coproscopies et manipulent dont des selles, et qui sont toujours séronégatives pour la toxoplasmose.

Donc, je le dis, je le répète : on ne se débarrasse pas du chat .

Je n'euthanasierai jamais un chat pour ce motif.
Mais vous pouvez faire comme la femme du début de ce billet et venir en discuter, ce sera avec plaisir.

Et n'oubliez pas, encore une fois, que le risque fœtal ne concerne que les femmes séronégatives ! Si vous avez déjà chopé la toxo, votre corps a les défenses nécessaires pour protéger votre bébé. »

Texte de Mr Sylvain Balteau, vétérinaire.

Site d’infos concernant la toxo : www.parents.fr/grossesse/sante/se-proteger-de-la-toxoplasmose-quand-on-est-enceinte-77824
... Voir plusRéduire

Photo de couverture de Lola Naturo-Doula - naturopathe, doula, réflexologue ... Voir plusRéduire

Fermer le menu